Loiseleur hisse ses couleurs familiales

Une seule marque pour six entreprises : à compter du 1er décembre, le groupe de travaux paysagers Loiseleur resserre ses rangs autour du patronyme familial. Prédécesseur de son frère Laurent à la présidence, Marc partage la direction générale avec son fils aîné Julien Loiseleur, qui amène la quatrième génération sur le devant de la scène paysagère du Grand-Paris et des Hauts-de-France.

La notion d’offre globale de prestations paysagères s’incarne en deux mots présents dans le nom des six filiales qui totalisent 220 salariés pour 25,5 millions d’euros de chiffre d’affaires : à partir du 1er décembre, « Groupe Loiseleur » décline son identité dans quatre entités géographiques et deux entreprises de spécialités.

Depuis Villers-Saint-Paul (Oise),  berceau de l’affaire familiale depuis 1927, le quadrillage de la région capitale s’organise derrière Groupe Loiseleur Grand Paris Haut de France (ex Loiseleur Paysage), Groupe Loiseleur Grand Paris Est (ex Eparev), Groupe Loiseleur Grand Paris Ouest (ex Loiseleur IdF) et Groupe Loiseleur Grand Paris Sud (ex Roussel Paysage).

Arrosage et recyclage

Signe distinctif des filiales de spécialités, Groupe Loiseleur n’apparaît dans leur dénomination qu’après les mots qui identifient leur activité : le recyclage pour Natureco Groupe Loiseleur et la gestion de l’eau pour Hydrogenie Groupe Loiseleur. Si elles ne réalisent respectivement que 4 % et 3 % du chiffre d’affaires, ces deux entreprises, nées en 1998 et 2019, n’en témoignent pas moins d’orientations stratégiques.

Signes d’une volonté de s‘inscrire dans l’économie circulaire, les deux plateformes de recyclage de Nogent-sur-Oise et Crépy-en-Valois (Oise) produisent chaque année 12 000 tonnes d’amendements organiques à partir de 40 000 tonnes de déchets verts. La maîtrise des économies d’eau amène Hydrogenie à accompagner les chantiers les plus sensibles sur cette question, comme en a récemment témoigné la réalisation du golf de Roissy-en-France, dont le groupe a également décroché le marché d’entretien.

Elite sportive

Cette dernière opération témoigne d’une autre spécialité : « Depuis plus de 20 ans, Groupe Loiseleur se distingue dans les sols sportifs, qu’il s’agisse de jeux de ballon, d’équitation, de golf ou d’athlétisme », rappelle Julien Loiseleur, directeur général. 20 % du chiffre d’affaires du groupe relève cette activité, sur des surfaces plantées de gazon naturel ou synthétique.

Sur ce créneau disputé par un petit nombre d’acteurs internationaux comme Desso International (filiale de Tarkett) ou le français Natural Grass, le groupe francilien défend son savoir-faire au sein du réseau de PME indépendantes Sport International. Une percée spectaculaire dans l’élite du football a récompensé cette stratégie : en 2020 et 2021, l’Union européenne des associations de football a choisi le substrat Hybrid Grass, développé par Sport International, pour les terrains des finales de la ligue des Champions et de la ligue Europa. Groupe Loiseleur a créé la première référence sur ce prestigieux marché de niche, à proximité de son siège social, sur le terrain d’honneur de Chambly (Oise).

Escapade bordelaise

En chantier jusqu’en 2022 sous maîtrise d’oeuvre de l’Atelier Jacqueline Osty, les promenades de Reims font partie des références prestigieuses de Groupe Loiseleur.

Circonscrite autour de l’Ile-de-France pour son activité récurrente, l’activité déborde de ce cadre dans quelques grands chantiers de référence, où Groupe Loiseleur se positionne comme cotraitant d’entreprises locales d’espaces verts. Ce schéma s’applique aux Promenades de Reims revisitées par l’Atelier Jacqueline Osty : le tandem Artopia Loiseleur réalise actuellement la deuxième tranche de travaux jusqu’en 2022, après avoir livré les hautes promenades en 2019, et donné ainsi l’occasion d’un de ses premiers chantiers à Hydrogenie ; dans le cadre de l’opération d’intérêt national Euratlantique, le groupe francilien s’est déporté jusqu’à Bordeaux sur le chantier du parc de l’Ars, en groupement avec Lafitte Paysage.

Quatrième génération

Alors qu’une croissance régulière a ponctué les derniers exercices et malgré un carnet de commandes bien garni illustré par le futur arboretum de Nanterre ou le mémorial américain de Montfaucon-en-Argonne (Meuse), les effets conjugués de la pandémie et du cycle électoral pourraient impacter le prochain bilan, dont la clôture interviendra en avril : l’activité de Groupe Loiseleur repose à 60 % sur la commande publique.

 

Julien Loiseleur partage la direction générale avec son père Loiseleur dont le frère Laurent Loiseleur préside le groupe.

Ce contexte pousse au recentrage sur l’identité familiale qui contribue à rassurer les acheteurs, au moment où la quatrième génération de Loiseleur monte en puissance : elle s’incarne dans Julien Loiseleur, directeur général âgé de 38 ans, entré dans l’entreprise en 2015, fort d’un double cursus d’ingénieur commercial et de technicien paysager.

Article paru le 8/12/2020